Vous hésitez entre deux offres ? Vous attendez une réponse pour un projet plus en phase avec vos attentes ? Besoin de temps pour répondre à un recruteur ? Quelle est la bonne conduite à tenir vis-à-vis d’un recruteur, sans se dévaloriser ni se mettre dans une situation qui se retournerait contre vous ? On vous présente ici nos conseils !

Votre profil a retenu l’attention d’un recruteur. Une entreprise vous a reçu en entretien d’embauche et vous a choisi. Mais vous êtes en recherche active et vous attendez le retour d’autre(s) potentiel(s) employeur(s). Vous souhaitez analyser toutes les possibilités qui s’offrent à vous et faire un choix éclairé et ne vous fermer aucune porte. Alors comment gérer ? Comment gagner du temps pour mûrir votre décision ? Faut-il être transparent ? Quels sont les risques si vous prenez trop de temps ?

Tout d’abord analysez votre situation professionnelle. En effet, la posture dans laquelle vous vous trouvez au moment où cette situation peut se présenter risque d’avoir un impact non négligeable sur vos actions.

 

#1 Vous êtes en situation d’urgence alors vous acceptez.

Vous êtes sans emploi depuis quelques temps, demandeur d’emploi et vous arrivez peut être en fin de droit, cette situation sans activité professionnelle vous pèse, votre situation dans votre emploi actuel, ne vous satisfait et vous sentez venir le burn-out, il est temps pour vous que votre situation professionnelle change et rapidement. L’urgence de la situation peut justifier que l’on accepte le premier poste venu, sans attendre d’autres réponses. L’angoisse de se retrouver sans rien est souvent le moteur d’une telle décision. Cependant les choix pris dans la précipitation ne sont pas toujours les meilleurs (voire sont souvent les pires). Ce poste correspond-il vraiment à vos aspirations ? En l’acceptant vous prenez finalement un risque plus grand. A savoir de vous enfermer à plus long terme dans une nouvelle situation inconfortable. Posez-vous les bonnes questions. Pesez le pour et le contre de ce nouvel enjeu.

 

#2 Vous avez le goût du risque et le poker est votre jeu favori : vous ne faites perdre de temps à personne et décliner l’offre.

Ce poste pour lequel vous attendez une réponse et qui n’est point encore arrivée est le poste de vos rêves. Tout autre entretien n’avait finalement pour but que de confirmer cet engouement que vous avez pour ce poste qui est un réel tremplin pour votre carrière. Alors, soyez joueur et osez affirmer vos choix et vos aspirations. Même si finalement cette opportunité ne se fait pas vous ressortirez que grandi de cette expérience. Vous aurez su assumer vos choix, faites preuve de votre libre arbitre. Même si vous êtes sur le coup un peu déçu, vous verrez très vite que si vous aviez accepté alors vous vous seriez retrouvé à moyen/long terme dans une situation de non épanouissement professionnel et vu le temps que nous passons à travailler mieux vaut-il parfois prendre des risques. Il est donc plus sage et plus constructif de décliner la proposition d’embauche au risque sinon de vous sentir piégé. Bon, bien sûr en l’absence d’autres pistes, et selon l’urgence de la situation, chacun jugera.

 

#3 Vous cherchez à gagner du temps et vous acceptez le poste quitte à vous désister ensuite.

Pour vous sentir plus en sécurité vous acceptez la proposition d’embauche en attendant d’autres réponses. Quitte à faire marche arrière si finalement vous avez un retour d’un autre employeur qui vous scié mieux.

Cette approche est périlleuse et finalement vous met en porte à faux. En effet, en rétropédalant au dernier moment, c’est vos compétences, vos valeurs et votre personnalité que vous entâchez. Cette “technique” est finalement plutôt mal perçue par les recruteurs et les entreprises qui, en vous choisissant auront laissé passer d’autres candidats et devront relancer un nouveau processus de recrutement. Vous risquez sérieusement d’être inscrit d’office sur une blacklist qui tourne dans la profession ou votre secteur d’activité.

Il arrive parfois que de nouvelles recrues acceptent un poste mais ne s’y présentent pas le jour J. On est bien d’accord, c’est la pire des stratégies à envisager. Le monde professionnel est petit, tout se sait et ce genre d’attitudes est typiquement celles dont entend parler très vite.

 

#4 Vous optez pour la stratégie de l’autruche. Et l’air de rien vous vous donnez du temps pour répondre.

L’entreprise qui vous a retenu vous a envoyé sa réponse et sa proposition par mail ou vous a laissé un message sur votre répondeur. Pour faire patienter, ne vous précipitez pas à rappeler ou répondre au mail. Cela est aussi un gage de sagesse et de choix raisonné qui est clairement une force et un atout pour un candidat. Cependant, ne pratiquez cette technique uniquement si vous connaissez l’échéance de l’autre réponse. Cette dernière doit intervenir au plus tard 3 jours après la 1ère réponse. L’idéal est de répondre dans un délai de 24h. Alors laisser passer 2 ou 3 jours, surtout le week-end est tout à fait acceptable. Au-delà votre silence risque d’être perçu comme un manque d’intérêt pour l’offre qui vous a été faite par l’Entreprise 1 et le poste qu’elle vous propose. Enfin, ce que peu de gens savent c’est qu’il est souvent mentionné une date comme durée de validité pour une offre. Surtout respecté ce délai car au-delà, l’offre qui vous a été faite devient caduque.

 

#5 Vous faites bouger les choses et relancez l’entreprise dont vous attendez une réponse.

Au moins, c’est une bonne technique pour avoir le cœur net. Cela démontre votre motivation pour un poste. C’est donc, sur le papier une bonne idée. Mais il s’agit de le faire habilement. Il est bon de juger de l’engagement de l’autre piste, celle qui semble le plus vous convenir. Si vous avez uniquement postulé sur un site, ou si vous avez juste envoyé votre CV, il est inutile de relancer. L’avancement de cette 2ème piste est trop précoce. En revanche, si vous avez passé un premier entretien, vous pouvez tout à fait rappeler l’entreprise afin de prendre connaissance des avancées de recrutement. Il est tout à fait légitime de prendre des nouvelles, de savoir comment vous vous positionner dans un pool de candidats. Vous pouvez en profiter pour informer l’entreprise de l’état d’avancée de vos recherches et lui demander de vous en dire plus sur les suites qu’elle compte donner à votre candidature. Bien évidemment, si cette dernière piste est celle qui vous le plus rêver et qui vous enthousiasme le plus alors faites le savoir, tout en étant suffisamment distant pour ne pas laisser croire qu’il n’y a que cette entreprise qui compte. Souvent les recruteurs sont sur plusieurs projets en même temps et ils n’ont pas nécessairement conscience de votre timing. Relancer le recruteur peut suffire à accélérer le processus.

 

#6 Vous voulez jouer la carte de la transparence ? Mais est-ce une bonne idée ?

Il est normal et c’est tout à votre honneur que votre profil et votre personnalité séduisent plusieurs employeurs en même temps. Jouer la transparence et l’honnêteté, avec tact et dans une logique de dialogue, de respect et d’écoute, peut être une excellente idée.

Alors, nous vous disons, oui soyez honnête et transparent cela que pourrait que vous être bénéfique.

Tout d’abord cela vous permet d’exprimer votre enthousiasme et votre motivation pour cette opportunité professionnelle.

C’est justement l’occasion de réitérer votre motivation. Vous pouvez révéler que vous avez (potentiellement) d’autres propositions et insister sur l’intérêt que vous avez pour ce poste en particulier avec une formule du genre : « Je suis en short List dans une multinationale mais je ne vous cache pas que je donnerai la priorité à votre offre » ou « Je me retrouve tellement bien dans cette description de poste » en rappelant les arguments qui vous plaisent. C’est aussi l’occasion de flatter le recruteur tout en ajoutant un petit coup de pression.

Cependant, à être franc et honnête, tenez-vous prêt à répondre à la question qui devrait inévitablement arriver ensuite : « En quelle position placez-vous ce poste ? » À charge à vous de préparer certains éléments de langage pour montrer votre intérêt et ne pas décourager le recruteur. Ceci dit, c’est aussi une occasion de se faire préciser certains éléments et de dissiper certains doutes.

Aussi, jouer la carte de la transparence va vous permettre d’asseoir vos valeurs et ne pas vous griller auprès de votre potentiel prochain employeur. Il peut paraître tentant de se taire mais c’est un mauvais calcul. « Si vous ne dites rien et que vous ne retenez pas l’offre, c’est peut être que finalement vous avez retenu une autre proposition. Le recruteur ou le cabinet risque d’avoir l’impression d’avoir été mené en bateau. Vous ne devez pas avoir une vision à court terme. Il s’agit de ne pas insulter l’avenir en quelque sorte. Aussi, cette honnêteté marche dans les deux sens. Si un candidat a d’autres pistes, un recruteur peut aussi lui donner un sentiment éclairé et bienveillant sur un autre poste.

En revanche, vous pouvez manque de transparence si :

On ne vous pose pas la question. Pourquoi alors vous jeter dans la gueule du loup et ainsi risquer de perdre inutilement en crédibilité.

Et si vous n’avez pas d’autre piste. Cela peut paraître évident mais même si l’on recommande de dire que l’on a d’autres pistes, il ne faut pas non plus mentir en espérant se valoriser. » Gare au bluff qui marche rarement ! « Il est difficile de mentir car les recruteurs sont aguerris et de plus en plus formés au langage non verbal. Cela se voit tout de suite et le candidat est tout de suite décrédibilisé… »

Enfin, bien manier la carte de la transparence peut même présenter plusieurs avantages. Le fait que votre candidature séduise d’autres entreprises peut être flatteur pour le recruteur et le confirmer dans son choix. Et puis, vous n’êtes plus le seul à être en concurrence ; l’entreprise l’est aussi. Cela rééquilibre le rapport de force et peut nourrir les échanges de manière constructive.

 

 

Dans tous les cas, faites preuve de discernement et utilisez votre ressenti et votre libre arbitre. Souvenez-vous qu’une relation équilibrée démarre toujours avec des échanges sains. Une relation qui ne démarre pas sur des bases solides d’honnêteté et de confiance ne pourra durer dans le temps. Alors si c’est l’opportunité professionnelle de votre vie, optez plutôt pour la carte de la sincérité. Cela peut aussi laisser présager l’ambiance et l’état d’esprit de l’entreprise